Qu’est-ce que la pollution de l’air ?

La pollution de l’air (plus communément appelée pollution atmosphérique) est l’introduction d’éléments altérants sa composition initiale et induisant sa dégradation.

 

Quelles sont les sources de pollution ?

Il existe deux types de pollution de la qualité de l’air : les sources humaines et les sources naturelles.

- La pollution d’origine humaine est, comme son nom l’indique, la dégradation de la qualité de l’air par le biais de l’Homme (ex. : les feux de boucan).
- La pollution d’origine naturelle est issue d’altérations sans l’intervention de l’Homme (ex. : les brumes de sable).

Quel est l’impact de la pollution naturelle ?

La pollution de l’air d’origine naturelle se cantonne essentiellement à :
- La production de dioxyde de soufre (ex. : volcans), qui, au contact de l’eau provoquent des pluies acides et donc altère les matériaux des bâtiments, entre autre ;
- Les brumes de sables (issues des tempêtes de sable) voyagent au grès du vent qui les transporte sur de très longue distance. Ainsi, chaque année l’archipel de la Guadeloupe est la proie de ces brumes. Ces dernières sont à l’origine de l’augmentation des hospitalisations pour les personnes dites « sensibles » : allergiques, asthmatiques, nourrissons, ….
- Les éruptions volcaniques : elles dégagent des cendres qui sont très nocives pour la santé des Hommes, mais aussi des végétaux. Dernier incident en date : l’éruption de Montserrat en janvier 2010, qui a paralysé l’archipel durant trois jours. Les effets se sont fait ressentir sur des semaines entières.

Quel est l’impact de la pollution humaine ?

La pollution de l’air d’origine humaine provoque des dommages à plusieurs niveaux :

*A l’échelle planétaire :
- Trou de la couche d’ozone à cause de l’augmentation de la production de gaz à effet de serre
- Réchauffement climatique : augmentation du niveau de la mer, fonte des glaciers, disparition des ours polaires, augmentation de la température de la Terre, dérèglement des saisons climatiques

*A l’échelle humaine :
- Augmentation du nombre d’asthmatiques
- Augmentation du nombre de personnes allergiques

*A l’échelle végétale :
- Prolifération de nouveaux champignons qui déciment les arbres.