Depuis plusieurs années, l’archipel de la Guadeloupe est régulièrement touché par des échouements massifs d’algues « sargasses ».


Lorsqu’elles se décomposent, ces algues produisent divers gaz nauséabonds, dont principalement l’hydrogène sulfuré (H2S) et l’ammoniac (NH3). Au-delà de la gêne olfactive, ces gaz ont également des effets sur la santé des populations selon la durée et le niveau d’exposition. 

Afin de bénéficier d’une information en continu et sur plusieurs sites en même temps, Gwad’Air a déployé un réseau de capteurs pour la mesure des concentrations en hydrogène sulfuré et en ammoniac, dans les zones urbanisées impactées par l’échouement des sargasses.

 

Gwad'Air a réalisé une étude sur les émanations gazeuses liées à la décomposition des sargasses en 2019.

 

 

Les conclusions de cette étude sont disponibles en téléchargement.